La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Histoire de Godmanchester1937-1941


Les principaux points d'intérêt de la commune de Godmanchester portent sur la nature et la qualité de ses paysages. Le hameau de Dewittville, qui se situe en partie à Hinchinbooke, offre, entre autres, des édifices patrimoniaux comme l'un des plus anciens bureaux de poste du pays (1833, aujourd'hui inactif) et la maison construite par Jacob De Witt en 1837.

Jacob De Witt, personnage important pour la région

Jacob De Witt (1785-1859), figure importante de la région, participe à de nombreux projets dont l'importance rayonne bien au-delà des limites de la MRC. Immigrant des États-Unis, il arrive pour la première fois à Montréal avec sa famille à l'âge de 17 ans. Il ouvre sa première entreprise, une quincaillerie, à 22 ans. Afin de diversifier ses avoirs, il commence à investir dans l'immobilier et le transport maritime. Homme d'affaires et politicien prospère, il est considéré comme l'un des principaux propriétaires terriens de Montréal (1825). En 1829, il acquiert la scierie et 130 acres de terre à Portage, qui deviendra plus tard Dewittville. Ses réalisations comprennent la fondation de l'Hôpital général de Montréal, la création de la Banque populaire et un rôle dans la fondation de la Banque du Canada.

Origine de Godmanchester

À peine 34 ans séparent l'établissement officiel du canton de Godmanchester (1811) et la création de la municipalité de canton homonyme (1845) en Montérégie. En 1847, elle est abolie et rattachée à la municipalité du comté de Beauharnois, avant d'être rétablie en 1855. Selon le recensement de 1861, elle compte au total 720 habitants. La paroisse de Saint-Joseph (-de-Huntingdon), située au sud du lac Saint-François, à une courte distance au sud-ouest de Salaberry-de-Valleyfield, comptait 2 890 habitants, dont la moitié étaient catholiques, même s'il n'y en avait que 225 Canadiens français. Au moment de la création de la municipalité du village de Huntingdon en 1848, Godmanchester comprenait le reste du territoire du canton annexé par les établissements de Huntingdon et de Saint-Anicet lors de sa réintégration en 1855. Les premiers arrivés étaient des soldats du corps canadien qui avaient été libérés à l'époque de la révolution américaine à la fin du 18e siècle. L'arpenteur William Chewett a nommé le nouveau canton d'après une ville anglaise du comté de Huntingdon. Le plus ancien nom enregistré pour Godmanchester est Gormon Castria. En Angleterre, presque tous les lieux géographiques qui comprenaient la composante Castria à l'époque de l'occupation romaine, qui faisait référence au latin castra ou camp, ont vu l'élément constitutif changé sous la forme de Chester. A ce titre, le démonyme reconnu en 1986, Godmancastrian, marque un retour à l'origine latine du nom de la commune tout en le dotant d'une consonance française en harmonie avec la langue de Molière.